J comme Jau »

 

Le « jau » est un animal de la ferme.

Il est réputé comme fier, il peut avoir une très belle apparence. Il chante régulièrement et notamment le matin de bonne heure.
Vous avez deviné de qui je parle : il s’agit du coq. Ce gallinacé était présent dans chaque basse-cour de ferme et notamment dans celles du Bourbonnais.

photo issue de freeimages

Il faut préciser l’importance de la volaille dans une ferme autrefois :
cela faisait partie pour les métayers des obligations figurant dans les baux : fournir au propriétaire à certaines dates parfois bien précises dans l’année, une certaine quantité d’œufs, de poulets préparés…Ainsi, dans le bail conclu le 1er juin 1933 à Saligny-sur-Roudon entre Philibert Gaudot et Marie Marchand d’une part (mes arrières grand-parents) et Messieurs Perrin et Perrot, propriétaires, il est convenu que « chaque année, les preneurs donneront aux bailleurs ou à la propriétaire quatorze poulets*, les grosses volailles seront partagées par moitié » *il est ajouté dans la marge : et trois pièces de pommes de terre.
La volaille reste jusqu’au milieu du 20ème siècle la viande la plus abordable et la plus facile d’accès pour une majeure partie de la population.

Laisser un commentaire