Louis Marchand

Dans le cadre du généathème de ce mois d’avril, j’ai décidé de m’intéresser de plus près à la vie de Louis Marchand, mon sosa n°54.

Louis MARCHAND est né le jeudi 2 mars 1865 à Monétay-sur-Loire au lieu-dit les Segauds.

Il est le premier fils légitime de Claude MARCHAND, cultivateur, âgé de 21 ans et de Pierrette ROTAT, cultivatrice, âgée de 19 ans.

Lors des recensements de 1872 et de 1876, Louis est encore un enfant. Il vit alors aux Gourliers en 1872, puis aux Henrys en 1876, à Monétay-sur-Loire, avec ses parents et ses deux sœurs, Jeanne et Marie, âgées respectivement de 3ans et 7 ans de moins que lui.

Il fait son service militaire entre le 21 décembre 1886 et le 22 septembre 1887 à Aurillac (15000) dans le 139ème RI. Il y apprend à lire, mais il ne saura jamais nager…J’ai trouvé ces informations dans son livret militaire.

En 1891, il vit à l’Etoile Segaud à Monétay-sur-Loire, avec ses parents et deux domestiques (recensement de Monétay-sur-Loire de 1891). C’est cette même année qu’il se marie avec Louise Taint. Il se marie avec Louise TAIN le samedi 4 juillet 1891 à 10h à Monétay-sur-Loire. La future mariée est domestique. Elle est  la fille légitime d’Etienne TAIN et de Marie MICHAUD. Louise Taint est née dans le département voisin qu’est la Saône-et-Loire en 1873. Mais sa famille est originaire de la région de Monétay-sur-Loire.

Les témoins sont les suivants :

Claude ROTAT (Témoin), 38 ans, oncle de l’époux

Benoit TAIN (Témoin), 60 ans, oncle de l’épouse

Jacques BUISSON (Témoin), 45 ans, oncle de l’époux

Jean-Marie ACHAINDRE, faïencier à Digoin, (Témoin), 26 ans, oncle de l’épouse.

Le couple a eu une fille, Marie née le 31 juillet 1896 à Monétay-sur-Loire (une de mes arrière-grands-mères paternelle).

En 1896, il habite de nouveau aux Gourliers à Monétay-sur-Loire. (recensement de 1896). Puis, il demeure au moins jusqu’en 1906 à La Maison Blanche, toujours à Monétay-sur-Loire, avec ses parents Claude Marchand et Pierrette Rotat. Je dispose pour cette époque d’un contrat d’assurance, dans lequel, il est fait la liste des biens assurés pour une somme de 15 500 francs.

Louis s’est associé avec son père Claude, pour assurer son exploitation. Je suppose qu’ils étaient métayers comme la plupart des cultivateurs de cette région, mais pour l’instant je n’ai pas d’information sûre à ce sujet. Comme on peut le constater, cette assurance comprend les bâtiments d’habitation, d’exploitation, le matériel agricole, ainsi que le cheptel.

Je ne connais pas la date du décès de Louis Marchand, ni même le lieu de son décès, mais mes recherches futures m’apporteront la réponse.

contrat d’assurance entre Louis Marchand et la compagnie d’assurance La France, le 28 octobre 1903

Laisser un commentaire