M comme mias

Le mias, ça ne se danse pas, ça se mange… Et en plus, nous sommes dans le mois où nous pouvons cuisiner le mias. Voici la recette : cassez 4 œufs. Mélangez les au fouet énergiquement. Ajoutez 150 g de sucre et remuez le tout de façon à obtenir un mélange lisse. Versez dessus 125 g de farine. Mélangez à nouveau jusqu’à ce que le mélange devienne homogène. Ajoutez ensuite petit à petit 75 cl de lait. Beurrez les parois d’un moule allant au four et tapissez le fond du moule de cerises. Deux versions existent : soit vous dénoyautez les cerises, … Continuer de lire M comme mias

L comme lapes

origine du mot et signification A l’origine, le mot lape en patois bourbonnais signifie « accrocher, s’aggripper ». Je pense que c’est pour cette raison que cette plante sauvage que l’on trouve partout dans nos campagnes a pris le nom de « lapes ». Une autre raison pour laquelle cette plante a pris ce nom est que le mot scientifique de cette plante est « arctium lapa ». Une vérification dans le dictionnaire de latin m’indique d’ailleurs que lappa est le mot latin qui correspond à notre végétal. Comme quoi, notre patois peut parfois être proche du langage scientifique. Cette plante, c’est la bardane. Peut-être ne … Continuer de lire L comme lapes

K comme keurver

Un peu de triche! Je triche un peu dans cet article dans le sens où le patois bourbonnais n’est pas une langue écrite et que je m’arrange là avec l’exercice du Challenge AZ pour pouvoir écrire un article. Alors, que signifie Keurver ? C’est en fait du mot « crever » dont il s’agit. Bon, désolée, je ne fais pas dans la gaieté aujourd’hui, mais quelque part ça fait aussi partie de la vie. Ce mot « keurver » est employé pour les animaux de la ferme, pour un animal qui meure de façon naturelle. J’entends par là que ce n’est pas le « bounhoumme » qui … Continuer de lire K comme keurver

J comme Jau »

  Le « jau » est un animal de la ferme. Il est réputé comme fier, il peut avoir une très belle apparence. Il chante régulièrement et notamment le matin de bonne heure. Vous avez deviné de qui je parle : il s’agit du coq. Ce gallinacé était présent dans chaque basse-cour de ferme et notamment dans celles du Bourbonnais. Il faut préciser l’importance de la volaille dans une ferme autrefois : cela faisait partie pour les métayers des obligations figurant dans les baux : fournir au propriétaire à certaines dates parfois bien précises dans l’année, une certaine quantité d’œufs, de poulets préparés…Ainsi, dans le … Continuer de lire J comme Jau »

I comme pas de I

Pas de mot commençant par I en patois bourbonnais A la lettre I, j’avoue que je sèche. Bien difficile de vous trouver un mot patois, commençant par I. J’ai beau fouillé dans les tréfonds de ma mémoire, rien ne vient. C’est même pire : en patois bourbonnais, on ne dit pas  « il a fait telle chose, il est venu…. « , mais « aul a fait ci, aul est venu… «  Bon ce n’est peut-être pas une excuse valable à vos yeux. Vous penserez que j’abandonne vite, que je triche, que je meuble en prêchant la disparition de la lettre I… Vous avez … Continuer de lire I comme pas de I

H comme houme et bounhoume

L’houme signifie homme Pas beaucoup de mots avec la lettre H en patois bourbonnais…Mais un mot central quand même : houme pour homme. Plus précisemment, on utilise plutôt l’expression : « bounhoume » soit bonhomme. Ce mot, je l’ai entendu maintes et maintes fois. Il désigne le paysan, l’homme en bas de l’échelle sociale. Le dictionnaire du Centre de la France donne d’ailleurs comme définition à ce mot : « paysan, homme du commun ». En résumé, la majorité de mes ancêtres masculins, nés dans le Bourbonnais ont tous été des bounhoumes. Peu ou prou, ils ont tous été des paysans sous la coupe des châtelains. Je … Continuer de lire H comme houme et bounhoume

G comme genderme…

Les gendermes désignent la lie du vin qui reste au fond d’un tonneau Le mot « gendarme » désigne la lie de vin qui reste au fond d’un tonneau, d’une bouteille, d’un pichet…Et il ne fait pas bon « avaler un gendarme », c’est plutôt désagréable ! Le bourbonnais n’est pas une région viticole, mis à part la région de Saint-Pourçain-sur-Sioule, la pieds de vigne ont pratiquement disparu de la surface du département. Cependant, et cela jusqu’à une époque récente, chaque ferme disposait de son carré de vigne et faisait son vin. L’entraide existait peut-être davantage qu’aujourd’hui et le temps des vendanges était l’occasion pour … Continuer de lire G comme genderme…

F comme feneau

F comme feneau Le feneau (en Sologne Bourbonnaise, ce mot est prononcé « f’neau ») est le grenier à foin et aussi à paille. Celui-ci était le plus souvent situé au dessus des étables, pour une raison pratique (à mon avis) : cela allait plus vite pour amener la paille et le foin au bétail, l’hiver. Je précise que le foin constituait la nourriture pour les vaches et la paille. Il était disposé par terre pour que ces dernières se couchent dessus. La paille était changée tous les jours. On « curait les vaches », autre expression typiquement bourbonnaise, je pense. L’autre grenier, celui … Continuer de lire F comme feneau

E comme ébeuiller

Ebeuiller signifie éventrer Aujourd’hui, je vais dégoûter peut-être quelques-uns de mes lecteurs et je m’en excuse tout de suite. Le mot « ébeuiller » signifie enlever les entrailles des animaux. Ce mot était couramment employé dans les fermes. Il désignait le travail de la paysanne lorsqu’elle tuait quelques poulets, canards, lapins. Il s’agit du mot que l’on utilisait pour désigner l’action d’enlever les entrailles des poulets, canards, lapins ou autre volaille. La beuille désigne elle, le ventre. En effet, ce travail était le plus souvent attribué aux femmes de la ferme. Les femmes dans les fermes géraient la basse-cour, de la naissance … Continuer de lire E comme ébeuiller