V comme Vallot ou Valot

Pour situer rapidement et de façon claire Claudine Valot, elle est la grand-mère maternelle du grand-père paternel de ma grand-mère paternelle.

Elle a vu le jour à l’automne de l’an III de la République, ou encore le 19 novembre 1794. Son père, Alexandre est laboureur à Molinet, au lieudit « la Broche », commune limitrophe du département de l’Allier et de celui de la Saône-et-Loire et en même temps, limite de l’Auvergne et de la Bourgogne. Sa mère, Marie Bachelet a 26 ans lorsqu’elle donne le jour à Claudine.

C’est à un âge relativement avancé pour l’époque qu’elle se marie: elle a 31 ans, le 30 août 1826, lorsqu’elle épouse François Gondot.

Elle devient ainsi la seconde épouse de François et doit l’aider à élever les cinq enfants qu’il a eu d’un premier mariage avec Claudine Galland, Pierrette, Jeanne, Dominique et Claude, respectivement 8, 7, 6 et  3 ans et . Jeanne et Dominique sont jumeaux.

Vous pourrez remarquer qu’elle porte le même prénom que la première épouse…

Le couple s’installe dans une commune voisine, Coulanges, au domaine de la Commanderie.

Coulanges-L'écluse
Coulanges-L’écluse

Claudine Vallot met au monde deux enfants: François en 1828 et Marie en 1829 (mon ancêtre en ligne directe). Claudine meurt l’année suivante, le 26 février 1830. Elle laisse François, son mari avec 7 enfants relativement jeunes puisque la plus âgée n’a alors que 12 ans. C’est sûrement la raison pour laquelle il ne tarde pas à se remarier la même année, le 12 octobre avec Benoite Bidaut, 41 ans, veuve.

Laisser un commentaire