Z comme Zélie

ou le peu d’informations que j’ai sur Zélie Lionnet

Pour les amateurs de prénom rare, voici l’occasion d’évoquer un prénom plutôt insolite. D’après Wikipédia, Zélie serait une forme abrégée du prénom Solène, chrétienne originaire d’Aquitaine, martyrisée à Chartres au IIIème siècle.

Mais revenons à « ma Zélie ». Pour mieux la situer, elle est la belle-mère de Marie Blondeau, compagne ou conjointe de  Léopold Théophile Frappart. Elle est née dans le département de la Marne, à Bussy-le-Repos, le 13 août 1822. Ses parents portent également des prénoms qui sortent de l’ordinaire. Son père Quirin est âgé de 25 ans quand Zélie naît. Il est marié avec Pétronille Hermand. Quirin est manouvrier. Plus tard, lors du mariage de Zélie, il est émouleur.

Elle se marie avec Constant Frappart, le 15 mai 1848 à Bussy-le-Repos. Elle a 25 ans. Dans l’acte de mariage, il est précisé qu’elle habite de fait à Vanault-le-Chatel, village de la Marne, à quelques encablures de Bussy-le-Repos, où demeure Constant. L’année suivante, naît Léopold Théophile Frappart, aïeul de mon mari.

Voilà tout ce que je sais sur Zélie. Les archives de l’Aube ont un inconvénient: elles ne permettent de ne consulter l’état civil que jusque vers 1892, ce qui limite sérieusement les recherches.

Mon challenge AZ 2016 se termine. J’ai réussi à écrire un article pour chaque lettre.

Je remercie tous mes lecteurs, les personnes qui ont laissé des commentaires, qui ont partagé mes articles. Je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour un bilan de mon challenge.

collection personnelle
collection personnelle

 

Laisser un commentaire